5 Juillet 2011 : Lancement du réseau des pôles métropolitains

Plus de 170 élus et responsables territoriaux étaient réunis à Paris le 5 juillet 2011 pour assister à la première Journée des pôles métropolitains. Retour sur les principaux éléments exprimés lors des débats et tables rondes.

Ouverture : E. BERTHIER est revenu sur l’héritage des « coopérations métropolitaines » de la Datar, engagées en 2004 et qui avaient permis une première structuration des territoires de projet, témoignant de l’impact de la métropolisation sur la compétitivité des territoires.

Les 5 grands témoins de cette séquence (Jacques PELISSARD (AMF), Daniel DELAVAUX (AdCF), Christian PIERRET (FMVM), Philippe DURON (AMGVF), Gérard COLLOMB (ACUF)), voient dans les pôles la volonté des territoires de coopérer pour répondre à la compétition européenne et internationale par un maillage territorial offensif. La souplesse de ce nouvel outil, à géométrie variable, doit permettre de dépasser le principe d’exclusivité au profit de la subsidiarité.

Le ministre Philippe RICHERT, rappelant la complémentarité entre pôles métropolitains et rationalisation de la carte intercommunale et prenant acte des échanges, a réaffirmé le soutien inconditionnel du ministère au nouveau réseau des pôles métropolitains.

La table ronde n°1 (Michel DELEBARRE, Jean-Marie BOCKEL, Adeline HAZAN, Jacques BIGOT et Jean-Claude ANTONINI) a permis d’identifier les objectifs des nouveaux syndicats :

  • Offrir un bouquet global de services aux habitants et permettre une lecture simplifiée de la gouvernance métropolitaine,
  • Assurer une compétitivité accrue des territoires sur les scènes nationale et européenne et se poser en moteurs de développement,
  • Créer les conditions d’une véritable démocratie territoriale,
  • Dépasser les limites administratives et institutionnelles traditionnelles,

Au cours de la table ronde n°2 (Maurice VINCENT, Michel HEINRICH, Bernard GRANIE et Fabrice ROUSSEL), trois processus majeurs de conduite de projet de pôle ont été dégagés :

  • Créer les conditions du dialogue et de la confiance mutuelle,
  • Fédérer les différentes parties prenantes autour de projets concrets (transports, culture, enseignement supérieur, industrie…),
  • Mettre en place des modalités d’association de la Société Civile.

Suite à la présentation des résultats de l’enquête « Pôles métropolitains », les 5 partenaires déclarés du réseau se sont exprimés (FNAU, GART, ACFCI, CNCD, ETD) pour souligner l’opportunité d’un nouvel outil susceptible de « rebattre les cartes » de la coopération interterritoriale. Ils veulent permettre un « appel à respiration » au sein de ces nouveaux syndicats mixtes fermés, et devenir les accompagnateurs privilégiés de la démarche de projet. L’objectif : donner un regain de force et d’attention aux problématiques stratégiques défendues par les pôles.

 

 

Cartes de travail présentées le 5 juillet 2011 par l'ACUF, à l'issue de l'enquête